• Project : ANOTHER Arc II Chapitre II (19)

    Salutations, les eklabloggers, me revoilà aujourd'hui en ce dimanche pour vous délivrer ce qui est vraisemblablement parlant, le chapitre le plus long que j'ai jamais rédigé à ce jour. Et j'insiste sur cette longueur que j'ai estimé nécessaire (oui j'ai souffert pour corriger tout ça). C'est le second chapitre de l'arc II d'ANOTHER, et un réintroduction évidente d'Akeru, notre protagoniste préféré (le mien au moins haha)

    J'espère aussi que vous aurez autant de plaisir à le lire que j''ai eu à l'écrire, c'était très long, mais ça valait le coup à mon avis.

     https://www.youtube.com/watch?v=8joElYA6-OI  (un petit bonus ;)

    Credits :

     text : _Robert_ aka ROB

    picture : Guweiz  https://twitter.com/ttguweiz?lang=fr

    Scenario : ROB

    Song: Another Heaven Artist: Earthmind Fate/Stay Night Realta Nua Heaven's Feel Opening full

     

    Résumé du chapitre précédent : Des mois après les évènements des docks, On retrouve Hoshiko qui se doit d'accomplir une mission dans la ville, Akeru n'étant pas là pour s'en occuper. Faisant équipe avec Eurynome, ils arrivent dans un bar où ils apprennent que la cible s''y cache. Ladite cible, qui attendait leur visite avait déjà préparé le terrain. Elle met le feu à sa chambre et s'enfuit par la fênetre. Eurynome se voit forcé de rester dans le bâtiment pour combattre le feu alors qu'Hoshiko part à la poursuite de Gambler. Elle met en place un plan qui vise à bloquer les issues de la fugitive afin de l'avoir plus facilement. Avec l'aide d'Aria qui patrouillait dans le coin, Hoshiko parvient à éliminer Gambler en lui tirant dessus d'assez loin. Sa mission accomplie, elle retourne à la base, en espérant qu'Akeru aille bien. Ce dernier arrive dans un appartement où Jack Cross, un des enquêteurs d'Another Japon, l'attend pour résoudre une affaire des plus épineuses...

     

    Project: ANOTHER ARC II

     

    Chapitre II (19) : Le Prix de la Justice

     

     

    Project : ANOTHER Arc II Chapitre II



    La température baissa soudainement Et Akeru frissonna légèrement. Sirotant son café, Jack n’avait pas remarqué ce brusque changement.. Le jeune Ito serra les dents et prit son mal en patience. Son collègue se racla la gorge, tournant son ordinateur portable vers Akeru puis pris une longue inspiration avant de dire :

     

    “ - Voilà mon rapport, fit-il en remontant ses lunettes sur son nez, ça fait plus d’une semaine que je travaille sur cette affaire, et on ne peut pas dire que ça avance beaucoup. Pour résumer, un prisonnier de la prison haute sécurité de la région s’est évadé, alors que ça ne devrait pas être possible vu le niveau de sécurisation.Certaines de mes sources laissent à penser qu’il aurait reçu un coup de main de l'extérieur, mais aucune preuve n'a été retrouvée sur la scène du crime. Cependant la présence d’un cadavre à l'entrée nous amène sur cette piste.

     

    Akeru écoutait attentivement, il ne lui aura pas fallu longtemps avant de faire le lien avec les événements de ces derniers mois.

     

    • - Se pourrait-il que... Il fit une pause, avalant nerveusement sa salive. Ça soit un coup de cette organisation qui se fait passer pour Rayven ? suggéra-t-il avant de jeter un œil sur le contenu des emails de Jack.

     

    • - Je m’étais dit que ça serait trop évident, puis j’ai vérifié tous les dossiers sur le prisonnier secret N°727, mais rien dans les banques de données, c’est comme si tout passage de cette personne dans l’établissement n’existait pas. Il y a fort à parier qu’un génie en informatique venant de l’extérieur est parvenu à pirater la base de données de la prison. Il n’a même pas laissé de trace.

     

    Ils n’étaient pas plus avancés. Un fugitif dans la nature, c’est la seule chose qu’Akeru avait appris de cette affaire.

     

    • - C’est toutes les informations que l’on possède ? Il n’y a vraiment rien d’autre ? Dit Akeru en croisant les bras.

     

    • En fait si, il y a autre chose, il y a quelques jours de ça, un bâtiment a explosé soudainement. Apparemment c’était de la c4, et le bâtiment était connu pour abriter des personnes peu recommandables. La police a mené son enquête mais rien ne nous dit que c’est l'œuvre de 727.  

     

    Il y avait autre chose que le jeune agent voulait savoir avant de commencer à enquêteur.

     

    • - Et ce “727”, on sait à quoi il ressemble, et ce qu’il a fait ?

     

    • - Pour ce qui est de son physique, voilà la photo, son identité civile n’existe plus. Attends je cherche les dossiers qui le concernent.

     

    Jack Cross fouilla dans son tas de documents et en sortit un fichier quelque peu chargé qu’il tendit  à Akeru. Ce dernier l’ouvrit et passa en revue les informations collectées. Meurtres en tous genres, destruction de bâtiments, utilisation de force brute sur différentes personnalités à l'honnêteté plus ou moins douteuse. Akeru fronça les sourcils, c’était quelqu’un qui agissait comme Eurynome, il avait tendance à ne cibler que des mafieux, des criminels ou des hommes politiques corrompus. Mais contrairement à Eurynome, lui était très discret, au point que son identité réelle avait été effacée, probablement par le gouvernement après son incarcération. Un nom sauta aux yeux du jeune agent : “Kobashi Pierce”. Il semblerait qu’ ils avaient fait appel à lui pour participer à cette affaire. Il était aussi écrit qu’il avait fini par réussir à le faire enfermer. Donc M.Kobashi était celui qui l’avait fait emprisonner. En regardant encore plus en détail le dossier, il se rendit compte que 727 avait plus une tendance de mercenaire qu’un camp prédéfini.

     

    • - Jack, dis-moi, ce serait possible qu’un groupe comme Rayven puisse persuader un type comme 727 en lui promettant qu’il pourrait prendre sa revanche sur la personne qui l’avait fait emprisonner ?

     

    • - J’ai pensé à cette hypothèse justement...mais vu le caractère de l’individu, quelque chose me dit qu’il travaillerait pour eux en tant qu’électron libre, fit Jack en regardant dans le vide, et il est dangereux car il n’a pas d’attache morale dans ce monde.

     

    • - S’il a fallu quelqu’un comme Kobashi pour en venir à bout, ce type doit être surentraîné, aussi redoutable qu’un agent d’Another en somme, et je dirais même qu’un des agents de l’élite d’Another. Je dirais même qu’il pourrait être au même niveau que Sting.

     

    Rien que l’évocation de ce nom réveilla chez Akeru une sensation de malaise. Ce criminel  lui avait laissé un goût amer dans la bouche, il n’avait jamais vu quelqu’un qui était aussi sûr de gagner. Il avait tenu tête non seulement au jeune agent, mais aussi à Anna Cross, supposée être le plus puissant des agents Another. Akeru, poussé par la rage,  avait malgré tout réussi à l’amocher suffisamment afin d’éviter qu’il ne parvienne à en finir avec elle. Malgré son intervention in-extremis, il s’en voulait. Son modèle, le numéro 1 d’Another avait fini à l’hôpital. L’affrontement lui avait laissé des séquelles et elle devait suivre un programme de rééducation pour ses jambes.

    Il serra fort sur le bras du canapé sur lequel il était assis. Jack ne sembla pas remarquer la tension et continua son explication. Akeru respira un bon coup et parvint finalement à se calmer.

     

    • - Si 727 est presque au même niveau que Sting, je pense que tu t’es trompé de personne, fit Akeru en regardant la moquette, déprimé. Je suis loin d’avoir assez d’expérience pour combattre un mercenaire comme ça.

     

    • - Moi je pense le contraire, répondit Jack, retirant ses lunettes, révélant de grosses cernes sous ses yeux. D’ailleurs je pense même que tu es l’homme parfait pour la situation.

     

    • - On ne réussira jamais si c’est un gars de la trempe de Sting.

     

    • J’ai lu les derniers rapports de l’affaire qui s’est déroulé après votre intervention sur les docks, tu sais, peu de gens ont eu la chance de mettre la main sur lui, et encore moins s’en sont sortis vivants. Ca me fait penser que je n’ai pas eu le temps de te remercier.

     

    Il se leva et fit une révérence à Akeru qui se sentit gêné.

     

    • - Je tiens vraiment à te remercier, fi-il en passant sa main derrière sa tête. On peut dire qu’elle est la seule famille qu’il me reste.  Une fois qu’on intègre Another, on ne peut plus voir les gens qu’on aime quand on le veut.

     

    Akeru ne savait quoi répondre. Il n’était jamais à l’aise avec les remerciements. Il tenait Mlle.Cross en respect, et l'idée même de voir un camarade mourir sous ses yeux l’épouvantait. Il resta silencieux face à l’homme courbé en face de lui. Finalement, il posa une main amicale sur l’épaule de Jack qui releva la tête, surpris.

     

    • - Je comprends Jack, dit le jeune agent en souriant à l’enquêteur, je te promets que je ferai ce qui est en mon possible pour que tu n’es plus à t’inquiéter de ta sœur.

     

    Enfin, cela c’était ce qu’il disait à voix haute. A l’intérieur de lui-même, il ne voulait pas faire ce genre de promesses. Il n’était pas en position de protéger l’élite de l’élite. Néanmoins, il avait senti que cela était nécessaire, car la sincérité de Jack l’avait touché. Il ne pouvait pas le laisser s’apitoyer sur son sort.

     

    • - Je ne pourrai jamais assez te remercier Akeru, conclut Jack en remettant ses lunettes. Bien, je pense que je t’ai tout dit. Je vais aller nous préparer quelque chose à manger  et demain nous continuerons cette enquête.

     

    Il mit son poing à la hauteur du torse d’Akeru. Ce dernier fit de même et leur poings se cognèrent légèrement. Ils se faisaient mutuellement confiance. Akeru se souvint soudainement qu’il avait aussi fait un “fist-bump”avec M.Kobashi un jour, il y a des années de ça. Une demi heure après, ils mangèrent avant de finalement occuper chacun une partie de l’appartement. La nuit fût brève et bientôt Akeru se levait pour accompagner Jack dans son enquête. Il ouvrit son sac de gym dans lequel se trouvait son équipement. À l’intérieur on pouvait voir qu’un second gant était à côté du premier, un petit cadeau de la part d’Another pour son succès ces derniers mois. Il mit la main dans le sac et sortit son arme de poing. Il passa sa main dessus, et se perdit un moment dans ses pensées. 727… Il n’avait pas l’air d’être le genre de personne à prendre à la légère. Il était  probablement un des adversaires les plus redoutables et Akeru craignait de ne pas être d’une grande aide quand le moment de l’affronter serait venu. Avait-il seulement suffisamment d’expérience pour faire face à ce problème  ?

    Il secoua la tête et chassa ses idées noires. Il n’avait pas le temps d’y penser, il devait se concentrer sur la mission avant tout... La mission, se répéta-t-il dans sa tête.

    Une fois qu’il eu la tête en place, il décida de se diriger vers la salle de bain, pour se débarbouiller. Le contact de l’eau glacée contre son visage lui donna juste le coup de fouet dont il avait besoin. Il se saisit de la serviette posée sur le rebord du lavabo, le plongeant quelques instants dans le noir de la serviette. Quand il baissa finalement l’objet, il vit un cours instant quelque chose qui le surpris. Ses propres yeux luisaient de la même façon que la dernière fois, un bleu turquoise qui s’estompa en un instant. Akeru sursauta quand la porte de la salle de bain s’ouvrit. Jack se trouvait de l’autre côté, le regard fixé sur Akeru.

     

    • - Pardon, je ne savais pas que tu étais là. Je vais sortir…

     

    • - Non, c’est bon rétorqua Akeru, j’avais fini de toute façon.

     

    Il laissa la place à son coéquipier et retourna dans le salon pour s’équiper en vue de la mission. Une quinzaine de minutes plus tard. Ils se retrouvent dans la rue à marcher au milieu de la foule. Des murmures s’élevaient dans la masse de personne et Akeru devinait sans difficulté qu’ils parlaient de la présence d’ANOTHER à cette heure de la journée. Pas tout le monde était favorable à l’action de l’agence mais c’était un mal nécessaire pour assurer la sécurité du public. Ils arrivèrent finalement à leur destination qui ne se trouvait être rien d’autre qu’un grand mur qui paraissait être un cul-de-sac.

     

    • - Hum, fit Akeru, il n y a rien ici, je me trompe ?

    • - Ahah, c’est ce qu’ils disent tous la première fois qu’ils arrivent ici.

    L’enquêteur s’approcha d’une maison aux alentours et s'arrêta au niveau de la boîte aux lettres. Akeru le dévisageait, se demandant s’il s’apprêtait à lire le courrier que lui aurait envoyé une quelconque connaissance. L’idée le fit laisser échapper une légère éjection d’air exprimant son hilarité à l’absurdité de sa propre pensée. Jack sortit alors son communicateur et passa l’appareil derrière l’installation en métal. Dans un léger sifflement, une entrée s’ouvrit au bas de la roche, un peu à l’écart des regards indiscrets. Akeru était resté bouche bée, et Jack le ramena à la réalité.

     

    • - Allons-y, intima-t-il d’un mouvement de doigt qui avait l’air de dire “vite”.

    • - Ah euh... Bafouilla le jeune agent avant de le suivre dans la petite ouverture qui se ferma à son passage.

    Akeru n’en revenait pas. Combien de passages secrets y avait-il  au Japon ? Il y en avait-il dans les autres pays ? Il se souvint tout à coup qu’il avait une question à poser à son collègue.

    • - Et on est où là, demanda t-il

    • - On est actuellement dans le passage secret qui mène à la prison secrète de Kanto. C’est ici que 727 était censé être détenu.

    • - Il y a une raison particulière pour qu’on vienne ici ?

    • - En fait, c’est assez simple... En plus d’être le lieu d'intérêt pour commencer les recherches, c’est aussi l’endroit où un meurtre a eu lieu. En effet, l’un des gardes à été violemment agressé puis son corps a été pendu dans le hall principal. Je te laisse deviner tout le chaos que ça a semé.

    Akeru fronça les sourcils. Des cas sanglants il en avait déjà croisé. Des images des cadavres dans le repaire de Scavenger se bousculaient dans son esprit, ce qui lui donna un haut le coeur. Chassant ces pensées de son esprit, il se concentra sur l’affaire présente. Si le corps du gardien avait été placé là, c’était probablement pour mettre le moral des autres au plus bas.

     

    - Sur le corps, on a trouvé des marques de brûlure assez intenses, dit Jack en continuant de marcher, d’ailleurs j’ai vérifié la liste d’équipement. J’ai eu de la chance, celle-là n’a pas été endommagé, et j’ai découvert que 727 se servait d’une sorte de “couteau”, enfin un objet tranchant avec lequel il peut chauffer la lame pour facilement pénétrer les matériaux. Redoutable comme dispositif.

     

         -  Pas d’autres témoins sur le coup à par notre victime ? Dit Akeru en caressant le bas de son menton.

     

    • - Hé bien, il se trouve que si, la personne s’est cachée et était trop terrorisée pour porter secours à la victime, mais il a malgré tout pu assister à la scène. C’est pour ça que nous allons l’interroger, répondit Jack.

     

    Un “Pschii” sonore annonça l’ouverture d’une porte. La lumière qui émanait de l’autre côté éblouissa Akeru. Le temps que ses yeux s’habituent, il mit son bras devant son visage. En tournant la tête vers Jack, il le vit retirer son masque, faisant face à une femme qui portait un uniforme assez bien pensé. Sur son manteau, sa casquette de garde pénitencier et ses armes, on pouvait voir le logo de la planète traversée par une épée d’énergie. C’était en fait un des logotypes d’ANOTHER, et de ses partenaires. En dessous, on pouvait lire les initiales K. H. S. Qui signifiait sans doute Kantō no himitsu shūyōsho (note : Département Secret d’Incarcération de Kanto).

     

    • - Nous vous attentions M.Cross, dit-elle en faisant un salut militaire.

     

    • - Enchanté Madame Kita, fit-il en lui serrant la main avant de désigner Akeru de l’autre, voici M.Ito, Agent de Terrain,  il travaille avec moi sur l’affaire 727.

    • - Je vous souhaite la bienvenue dans notre établissement, M.Ito, Ayumu Kita, responsable du K. H. S.

    • - Cet endroit est incroyable, on dirait presque un décor de film, répondit-il en serrant à son tour la main de son interlocutrice.

     

    • - Effectivement, fit-elle en restant sérieuse malgré bien qu’Akeru remarqua qu’elle se retenait de rire.

     

    • - Bien, maintenant que les présentations sont faites, pourriez-vous nous conduire à l’unique témoin ?

     

    • - Suivez-moi, dit Mme Kita en leur faisant un signe de main.

     

    Ils la suivirent dans un enchaînement incessant d’escaliers, de couloirs et de halls. À mesure qu’ils progressaient dans ce dédale, les yeux d’Akeru s’étaient baladés sur de nombreux détails. Des tableaux accrochés aux murs, des inscriptions prônant la justice avant tout. Mais le plus frappant parmi tout cela c’était la petite statue qui se tenait au milieu du dernier hall dans lequel ils passèrent. Devant la statue, sur une plaque en métal doré, on pouvait lire : “Isao Maoka, Fondateur du K. H. S. et un des membres fondateurs du groupe ANOTHER.” Un ancien donc, par respect, Akeru fit un mouvement de tête en direction de la statue. Jack le vit faire et ne pût s’empêcher de se mordre la lèvre pour s’empêcher de rigoler. “Qu’avaient-ils tous aujourd’hui à rigoler  de mon moindre fait ou geste” pensa Akeru. Décidant que pour l’instant il  y avait des choses plus urgentes à traiter, il ne prêta pas attention à ce détail.

    C’est après avoir enfin traversé ce couloir interminable qui suivait le hall, qu’ils finirent par arriver face à une porte, qui était bien évidemment fermée. Une fois qu’elle eut fini de déverrouiller les cadenas électroniques, elle ouvrit la porte.

    La pièce était presque entièrement vide, juste une table, des chaises, un homme debout avec une arme à feu entre les mains et un autre assis sur une des chaises, les mains attachées. Il semblait en mauvais état, car des énormes cernes se présentaient sous des yeux. Il avait sûrement été interrogé toute la nuit, n’ayant en aucune occasion pû avoir fermé l'œil. Dans un sens, Akeru éprouvait de l’empathie pour l’homme.

    • - Je vous laisse faire Enquêteur,  il me reste des dossiers à traiter, fit Mme. Kita avant de tourner les talons en refermant la porte doucement.

     

    • - Bien, dit Jack Cross avant de s’éclaircir la gorge et de s’asseoir sur sa chaise, et si nous commencions ?

     

    Akeru prit place à côté de lui, posant au passage les mains sur la table. Le type avec son fusil ne disait rien, mais observait solennellement la scène.

     

    • - Monsieur, en vertu des droits qui me sont attribués en tant qu’Enquêteur de l’agence ANOTHER, je vais dès à présent procéder à un interrogatoire.

     

    Il ne dit rien, comme s’il attendait une réponse de la part du témoin. Malheureusement celui-ci ne semblait pas prêt à parler, sa bouche restait fermée. Soudainement Akeru commençait à comprendre ce pourquoi Jack l’avait fait venir. En effet, les gardiens n’avaient pas le droit de brutaliser un de leur collègue. Mais un agent d’Another et particulièrement lors des enquêtes, avait de nombreux droits quand cela impliquait la progression des enquêtes. Tant que la personne était liée de près ou de loin avec l’affaire, il perdait la présomption d’innocence.

     

    • - Première question… Vous qui étiez caché, je pense que vous avez quand même pu enregistrer quelques détails, je me trompe ? Dit Jack en sortant son communicateur pour prendre des notes.

     

    L’homme concerné ne dit rien, mais fit un “oui” de la tête, confirmant qu’il avait bien vu comment s’était passé les événements. Appuyant sur son bouton enregistreur Jack fit une note vocale.

    Le témoin confirme avoir vu la scène, donc, maintenant, le fugitif était-il seul lors de son échappatoire ?

     

    L’homme répondit du même geste de tête.



    • - Je ne comprends pas pourquoi il réagit ainsi, fit son collègue, osant enfin intervenir. Depuis qu’il a assisté à la scène, il ne dit plus rien, et semble être maladif. Peut-être un choc émotionnel ? D’habitude il parle beaucoup.

    • - Le témoin affirme qu’il y avait d’autres personnes que le fugitif lorsque l’événement s’est produit, fit Jack en réitérant son mémo vocal. Avez-vous vu les visages des autres personnes ? À part celui de 727 bien sûr.

     

    L’autre semblait hésiter. Il avait vu un de ses collègues se faire pendre au-dessus du hall. Il était coupable de non-assistance à personne en danger. Mais demeurer aussi silencieux ne ferait pas avancer l’enquête de Cross.

     

    • - Alors avez-vous vu un des visages ? Répondez-moi…Le refus de coopérer avec Another n’est pas sans conséquences.

     

    L’autre semblait déterminé à ne rien répondre, même pas hocher de la tête comme il le faisait si bien. Jack se tourna vers Akeru.

     

    -Akeru, si tu veux bien.

    Le jeune agent dévisagea son ami d’un air inquiet. Il était réticent à blesser un innocent. Cependant, un sourire rassurant de la part de l’enquêteur chassa une partie de ses doutes. C’était étrange comme sensation d’avoir un ami, se dit-il à lui-même.

     

    À contrecœur malgré tout, il se leva et s’approcha de l’interrogé. Il le saisit par le col et le tira vers lui.

     

    • - Tu as entendu M. L’Enquêteur ? Tu as vu les visages de ceux qui ont fait ça oui ou non  ?

     

    L’homme détourna du regard une fois de plus, ignorant une fois de plus la question. En serrant la mâchoire, Akeru leva un poing tremblant. S’il refusait de coopérer, d’autres personnes seraient blessées voir tuées. Rien que de repenser aux victimes de Scavenger provoqua en lui un autre frisson de dégoût. Il frappa l’autre au visage, pas trop fort mais pas trop doucement afin d’être un minimum convaincant. Jouer au méchant policier,  dans un sens, et pendant un court instant, ça lui avait plût. Il chassa tout de suite ses pensées. Comment pouvait-il penser comme ça ? Il tourna les yeux à nouveau sur l’interrogé. Celui-ci malgré le coup, n’était toujours pas résolu à leur donner l’information. Akeru jeta un coup d'œil en direction de Jack, son regard lui demandant quoi faire. Il semblait lui intimer de continuer. Il leva à nouveau le poing, cette fois avec un peu moins d’hésitation. Il asséna un second coup de poing au gardien, puis un autre, et un autre. Il essayait de se persuader que c’était dans l'intérêt de la mission. La mission, oui, c’était ça son excuse . La tension dans la pièce grimpait en flèche au fur et à mesure que le temps passait. Quand le jeune agent eut fini, son poing était imprégné du sang de l’homme. Quand Akeru regarda son poing endolori, il remarqua après quelque secondes que le sang était argenté. Akeru n’en croyait pas ses yeux, la tâche sur son poing était vraiment de cette couleur. D’ailleurs un filet argenté coulait de la bouche du gardien. Personne à part lui ne semblait l’avoir remarqué, Jack était penché sur son communicateur.  Pendant un court instant, il se demanda pourquoi il avait ce désagréable sentiment de déjà vu… où avait-il vu une substance de cette couleur auparavant...Puis la réalité le frappa soudainement. La seconde d’après, son sang ne fit qu’un tour. Pris d’une soudaine panique et n’écoutant plus que son instinct, ses pupilles se mirent à briller de son bleu turquoise  surnaturel. Il se dégagea en vitesse de l’homme et sans prévenir et eut juste le temps de la plaquer au sol, faisant de son corps un rempart. Avant même que l’enquêteur n’ait le temps de dire quoi que ce soit, les yeux du gardien au sol se révulsèrent et la salive coulait de plus belle.

     

    Une première détonation survint, provenant directement de la salle d’interrogatoire. Le souffle de l’explosion  fut si violent que la porte se détacha de ses gonds pour s’écraser contre le mur d’en face. Ca ne faisait que commencer. Une autre explosion suivit la première quelques secondes après, à l’étage du dessus cette fois-ci, faisant trembler le plafond. Une série d’explosions similaires secoua la bâtisse pendant de longues minutes dans un vacarme assourdissant. La chaleur se mit à monter. Un feu s’était déclenché à de nombreux étages, et des morceaux de béton s’étaient effondrés ici et là. Reprenant ses esprits, Jack secoua la tête, et sa vision revint peu à peu à la normale. Ce qu’il vit cependant le pétrifia d’horreur. Akeru se tenait au-dessus de lui, mais son état physique était plus qu inquiétant. De parts et d’autres de son uniforme, des déchirures se voyaient. Il était écorché de partout, avec des marques de brûlures  à certains endroits, pourtant il  souriait comme un idiot en voyant Jack bouger  légèrement.

     

    • - Rien de cassé ? Akeru fit sur un ton moqueur, sa voix étant bien plus faible qu’à son habitude,témoignage du fait qu’il s'était volontairement exposé à l’explosion pour le protéger.  

     

    • - Akeru, il s’est passé quoi là ? répondit-il, encore un peu secoué par le choc

     

    Il toussa fortement, car la fumée dans le bâtiment entrait par ses poumons. Jack se saisit de  son masque et le mit sur son visage. Il put enfin prendre une bouchée d’air respirable. Il plaça par ailleurs le masque d’Akeru sur le visage de celui ci.

     

    • - Moi ça va, toi  par contre, faut tout de suite que je te sorte de là !

     

    • - Ca va aller, éructa Akeru en se dégageant de lui en roulant sur le côté, dans trente secondes ça devrait aller un peu mieux.

    En effet, après ce délai passé, un certain nombre des plaies présentes sur son corps s’étaient volatilisés. Une énergie surnaturelle, que Jack devinait être de l’emberanium recouvrait les blessures et les faisait disparaître . Akeru se leva avec peine, lentement mais sûrement.

     

    • - Tu vois, je t’avais d...fit-il avant de tituber quelque peu.

    Jack qui avait eu le temps de se lever, le retint à l’aide d’un bras.

     

    • - Ca ne va ne va pas si bien que ça on dirait.

          -  J’ai absorbé une grande partie de l’explosion.

     

    Malheureusement les deux autres sont morts sur le coup,  je te conseille pas de regarder derrière toi, c’est pas joli à voir.

    Jack avait envie de se tourner mais il préféra oublier l’idée.

    J’ai utilisé beaucoup d’énergie pour guérir du gros des blessures, fit Akeru, et vu la vitesse du processus, ça m’a pris bien plus que d’habitude.

     

    • - Je vais t’aider à marcher, dépêchons nous, il faut qu’on vérifie si d’autres personnes ont survécues.

     

    • - M...Merci, il faut que je te raconte ce qu’il s’est passé le temps qu’on arrive.

     

    Aidé par l’épaule de Jack, ils sortirent de la pièce. Pendant qu’ils marchaient, Akeru lui expliqua la substance grise qui était à l’origine de l’explosion, comment des mois auparavant sur les docks, ils avaient vécu une expérience similaire. Il ne pouvait cependant pas expliquer comment cette substance s’était retrouvé dans l’enceinte du K.H.S.

     

    • - A mon avis, commença Jack, l’interrogé a été pris de peur des représailles de ceux qui ont aidé 727, ils ont dû le forcer à ingérer de ce produit. Cela explique aussi pourquoi il semblait si mal en point.

    • -Je veux bien, fit Akeru, mais c’est impossible qu’autant de gens ont été empoisonnés en même temps, on aurait remarqué, non ?

     

    • - Ca me fait mal de le dire, mais quelqu’un s’est sûrement infiltré dans le personnel, a drogué certaines personnes avec la substance quand les caméras ne le voyait pas, et avait prévu que la réaction en chaîne se produirait.

     

    • - Sur les docks, commença Akeru, ils faisaient des tests pour leur bombe liquide,et ils l'ont améliorée depuis ces derniers mois, le transport de matériel informatique c’était un leurre .

    Si j’avais pas frappé ce type.

     

    • - C’est trop tard pour les regrets. J’en prendrais la responsabilité dans le rapport. Concentrons-nous sur la mission.

     

    Ils finirent par arriver face au bureau de Mme. Kita. Ils durent forcer la porte car des débris gênaient son ouverture. Quand finalement ils furent entrés, ils  virent la directrice allongée au sol, derrière son bureau renversé. Jack laissa Akeru un instant et se pencha pour prendre son pouls. Bien que faible, il perçut un léger battement. Elle respirait faiblement mais sûrement.

     

    • - Vite on doit la dégager de là, elle est encore vivante !

     

    Ils la dégagèrent, et Akeru, qui avait un peu récupéré de sa convalescence la porta en sécurité. Ils atteignirent le hall, et virent avec soulagement qu’un certain nombre de gardiens se trouvaient là, à côté de victimes des explosions. Personnel, criminels et médecins se mélangeaient dans ce petit groupe. Alors qu’ils allaient déposer la directrice parmi les blessés, Akeru vit dans le coin de l'œil une jeune fille allongée sur le sol. Elle portait un collier de détenu, et sur son dos était tatoué le nombre  : “853”. Elle avait été appréhendée après 727. Elle aussi était donc un prisonnier secret.

    Le jeune agent se tourna vers les survivants, et éleva la voix pour attirer leur attention :

     

    • - Vous tous, sortez de là, évacuez immédiatement avec les blessés, les pompiers d’Another seront bientôt là.  L’inspecteur et moi allons vérifier s’il reste des survivants.

     

    À ces mots, ils ne se firent pas prier et partirent immédiatement du bâtiment, emportant tous les blessés sur des civières en passant par la galerie où Akeru et Jack étaient arrivés plus tôt.

     

    Les deux autres, de leur côté, se mirent à parcourir les allées, à ouvrir des portes à la recherche de survivants. Le crépitement des flammes résonnaient dans leur oreilles , mais n’était pas suffisant pour leur faire rebrousser chemin. Plus ils avançaient, et plus les dégâts dans le bâtiment étaient conséquents, ils commençaient à perdre espoir. Ce grand complexe qui se tenait fièrement une heure plus tôt tombait maintenant en ruine. Sur certains murs, on voyait des taches rouges mélangées parfois avec la substance argentée  à l’origine de l’explosion. Bien que son uniforme était à présent déchiré à certains endroits, Akeru ne semblait pas vraiment dérangé par la chaleur provoquée par les flammes. Parfois au détour d’un couloir, ils tombaient malencontreusement sur un corps, la plupart du temps carbonisé, et malgré tout l’air que filtrait les masques, l’odeur nauséabonde de la chair brûlée attaquait leurs poumons et leur gorge. C’était infernal. Akeru fut traversé par un sentiment de culpabilité immense. Tous ces gens étaient morts par sa faute, s’il avait refusé de frapper l’homme, où n’avait pas cédé à ses pulsions, toutes ces personnes seraient sûrement encore en vie. Une main vint se poser sur son épaule. Jack s’était rapproché de lui, et l’étrange contact semblait le calmer, était-ce là un pouvoir ou Jack était il naturellement doué pour mettre les gens à l’aise ?

     

    Un bruit de mur qui s'effondre le fit sortir de son état second. Il poussa légèrement son ami afin d’éviter les débris.

    Il se figea quand il entendu une voix qu’il n’avait jamais entendu auparavant. Pendant un court instant, il croyait qu’il s’agissait d’un survivant, mais il désenchanta bien vite.

     

    • - Hm, ils ne ne plaisantaient pas sur la puissance de leur bombe.

     

    Les deux agents firent volte-f    ace en direction de la voix et Akeru regarda tout autour de lui. Ils se trouvaient dans le fameux hall où le jeune agent avait vu la statue tout à l’heure. La moitié de ladite statue était en morceaux, la seconde partie gisant au sol à quelques mètres. De là, ils ne pouvaient plus progresser car entre temps, le plafond qui menait vers le bureau de la directrice s’était effondré. En face, il put enfin apercevoir la source de la voix. Un regard froid et détaché fixait le sol alors que la personne s’approchait. Il semblait perdu dans ses pensées, pourtant il s’arrêta en face d’eux.Quand finalement il les regarda, Akeru vit ses yeux d’un bleu-gris transperçant. Il portait sur sa bouche une sorte de demi masque qui couvrait jusqu’à son nez. Ses cheveux fins et lisses tombaient sur ses épaules couvertes par sa veste. Malgré la façon dont ils étaient coiffés, on pouvait deviner des cicatrices de longue date. Il avait les mains dans les poches et sur son dos, il portait son équipement en bandoulière. Akeru tourna la tête vers Jack, et vit que celui-ci écarquilla les yeux. Il avait sûrement reconnu l’individu qui se tenait là, immobile.

     

    • - 7...727…

     

    • - Ah, bien... Je n’aurai pas à faire les présentations, ça m’arrange, c’est pas mon truc. Ne vous faites pas d’idées, je ne viens pas en le nom que quelqu’un, je fais juste mon travail.

    Il posa la main sur sa propre épaule.

     

    C’était lui 727. Akeru ne semblait pas en croire ses yeux, depuis quand une cible se présentait d’elle même ? À moins que…  il n’était pas là par hasard, et son équipement le témoignait, en fait, il avait une idée très précise de ce pourquoi 727 se tenait devant eux

     

    • - AKERU ! Fais gaffe ! hurla Jack en dégainant son pistolet.

     

    727, qui n’avait pas bougé jusque-là, dégaina ce qui semblait être un manche de poignard. Il fit glisser un mécanisme, et une lame blanche très fine en sortit. Akeru se mit alors rapidement en position, ses deux gantelets brillant dans la salle peu éclairée. Mais une lumière encore plus forte jaillit de la lame du poignard. En un éclair, il vit l’homme se jeter sur lui, sans demander son reste. Le jeune agent eut le temps de reculer quelque peu, ne quittant pas la lame des yeux bien que c’était difficile. Quand l’autre fût à son niveau, il dirigea son arme et visa directement vers le torse d’Akeru. Suffisamment rapide pour intercepter l’attaque, il se saisit de la lame à l’aide de son gant. Une chaleur incroyable parcourut alors sa main et il est forcé de lâcher prise au plus vite. Une marque sombre trônait à présent sur la paume du gant. Le deuxième coup arriva sans prévenir. Des bouts de tissus s’envolèrent. Bien que le tissu ignifugé le protégea des dégâts de flamme, la lame du poignard elle, trancha

    malgré tout à travers le vêtement, parcourut la base de l’épaule gauche jusqu’au genou de la jambe droite. Titubant, il vit l’autre en face de lui sortir un autre poignard, un poignard normal cette fois-ci, qui atteignit Akeru dans l’estomac. La tête de l’agent tomba vers l’avant, ses forces le quittant peu à peu. Quand 727 retira le poignard, Akeru s’effondra sur le sol pendant qu’une mare de sang se répandait sur le sol. Le corps parcouru de spasme, il se tortilla de douleur, sa vision commençant à se troubler. Il parvint cependant à distinguer la silhouette de 727 se dirigeant vers Jack. L’inspecteur se mit à faire feu sur lui, il évita le plus gros des balles, mais une vint malgré tout s’encastrer dans son épaule gauche. Il ne flancha pas et se dirigea une fois de plus vers Cross qui prit un peu plus de distance. On dirait qu’il essayait de gagner du temps. Akeru sentit ses forces lui revenir peu à peu, alors que la grosse coupure qui longeait son torse commençait à se refermer. En dépit de cela, il n’arrivait pas à plus bouger que cela. Il s’était déjà régénéré à cause de l’explosion et chacune de ses manœuvres lui épuisait ses forces. Il s’était retrouvé dans la même situation quelques mois auparavant, face à Sting. Deux fois, était-ce là sa limite ? Ne pouvait-il rien faire pour aider Jack face à ce monstre ?

    Celui-ci se débrouillait cependant assez bien, pour le moment, il évitait assez facilement les coups de son adversaire, tout en s'assurant à chaque fois de garder ses distances avec les lames de 727. Après avoir évité un coup direct, il sortit un objet de sa poche et s’élança sur son adversaire. En quelques secondes, les muscles du fugitif se serrèrent et il lâcha ses armes. Il venait de se faire taser ! Jack profita de ce moment de répit et tira une balle dans la jambe de 727 qui tomba sur le dos. L’inspecteur se plaça au dessus de lui et tira une seconde balle dans l’autre jambe. Comment se faisait-il que l’homme ne laisse même pas s’échapper des cris de douleur ?

     

    Et il disait qu’il n’était pas doué au combat ? Il n’avait certes pas la force physique d’Eurynome ou l'habileté de sa sœur, mais il était très malin et possédait de nombreux tours dans sa manche. Comme l’avait dit Anna, la place de 1er ce n’était que symbolique.

     

    • - Qui t’as aidé à faire sortir de prison, demanda Jack en pointant toujours son arme sur 727.

     

    • - Comme si je le savais exactement, il fit sans montrer aucune émotion, c’était un intermédiaire qui m’a sorti de là. Mais si je devais deviner, je dirais que ça serait ceux que vous autres d’Another appeler “Rayven”.

     

    À l’évocation de ce terme, il y eut un silence pesant. Alors c’était confirmé, ce fameux Rayven était réellement de retour ? Jack baissa légèrement son arme, et serra son poing autour de son taser.

     

    • - Et toi tu fais quoi dans l’histoire, reprit-il,  essayant tant bien que mal de calmer la tension qui était palpable dans sa voix.

     

    -Moi ? Humph… c’est simple, toi, Jack Cross, l’un des

    meilleurs enquêteurs d’ANOTHER, tu es une gêne pour eux et moi je dois.

     

    Il approcha doucement la main de son poignard modifié, chose qu’étrangement Jack n’avait pas remarqué.

    Akeru hurla soudainement, rassemblant le peu d’énergie qui lui restait pour dire :

     

    - JAAAACK !

    L’autre tourna la tête vers Akeru, surpris.

     

    • - T’éliminer, finit il en saisissant le manche de l’arme.

     

    Il visa la main de Jack, qui dans le feu de l’action, tenta de se retirer. Son pistolet fut tranché en deux, les embouts fumants dû à la chaleur du poignard. Sa main fût également touchée, laissant une vilaine coupure de part en part. La blessure cautérisa à l’instant même où la lame fût passée, mais la douleur fit vaciller l’enquêteur. D’un geste vif, 727 se releva et fonça droit sur Jack qui lui faisait face en tenant sa main. Akeru eut le souffle coupé quand la suite arriva. Le bruit d’un objet tranchant pénétrant la chair. La vision d’Akeru trembla encore plus quand il se rendit compte de ce qu’il s’était passé, il eut envie de hurler une seconde fois mais la douleur était encore trop vive pour ça. La lame du poignard s’était logé dans le torse de Jack, et s’arrêtait littéralement au manche de l’arme. Il cracha du sang sur l’épaule de 727, qui retira doucement la lame avant de la rengainer. Il lâcha Jack Cross, qui s'effondra dans un bruit sourd. Ramassant ses affaires, le fugitif recula lentement, regarda une dernière fois Jack puis Akeru, l’air de dire “j’ai fini ce pourquoi je suis venu” et marcha lentement dans l’autre direction. Akeru, pris de panique, le souffle et les yeux embués, se traîna désespérément vers son ami, répandant la tache de sang. Il se mit à son niveau et posa sa tête près du cœur de Jack. Un battement, très faible, mais certain. Regagnant un peu l’espoir, il déchira un morceau de sa tenue pour tenter de bander la plaie. Alors qu’il s'attelait désespérément à la tâche, une main tira sur sa manche, et les lèvres de Jack tremblèrent fébrilement :

     

    • - A...keru, c’est inutile, va rattraper 727, je sais que tu en es capable.

     

    • - Arrête de dire des choses comme ça, on va s’en sortir tous les deux, comme une équipe, arrête de parler, tu gaspilles ton énergie !

     

    La main lâcha la manche du jeune agent. Il sourit alors faiblement.

     

    • - Tu sais... Je suis content.

    Sa voix était si faible que si Akeru respirait, il n’entendait pas ce que disait son ami.

    J’ai pu rencontrer une personne merveilleuse, des gens géniaux qui m’ont fait enfin dire “Je ne regrette pas d’avoir choisi cette voie.”  Mon seul regret…

     

    Il laissa la phrase en suspens, comme pour reprendre son souffle.

     

    C’est de ne pas voir pu résoudre cette affaire jusqu’au bout. Au moins j’étais avec quelqu’un que je peux appeler un ami, jusqu’à la fin.

     

    Il continuait de sourire bêtement, ce sourire rendait les choses encore plus douloureuses. Les dents serrées, Akeru tentait tant bien que mal d'arrêter le saignement, appuyant dessus pour stopper l’hémorragie.

     

    • - Tiens bon, les secours ne vont pas tarder, j’en suis sûr, j’ai déjà utilisé le signal d’ANOTHER, balbutia-t-il, bougeant maladroitement ses bras.

     

    • - Akeru ?

     

    Les yeux de Jack fixait le plafond. Ses yeux n’avaient presque plus aucun éclat de vie.

     

    • - Je, ça va aller, tout va bien.

     

    • Prends soin d’Anna pour moi, elle a besoin de quelqu’un. Elle fait la femme forte mais je sais qu’au fond elle se sent terriblement seule. Et une dernière chose, ne meurs pas Akeru. S'il te plaît, termine cette dernière enquête pour moi.

     

    Ce furent là les dernières paroles de Jack Cross. Ses bras tombèrent mollement sur le sol. Akeru secoua doucement ses épaules, ne sachant plus quoi faire, il s’accrochait encore à l’espoir qu’il ne soit pas parti.

    Le visage de Jack était paisible.

     

    • - Jack, réveille-toi, bordel, Jack... On avait dit qu’on la ferait ensemble cette mission. Notre “fist-bump”, c’était du vent ?

    Bien évidemment il n’eut aucune réponse.

     

    Cross était parti, il le savait, mais ne pouvait pas se raisonner à accepter cette réalité. Pour un court instant, il voulut revenir en arrière. Tout recommencer, ne pas avoir à se plier à cette réalité qui le rongeait. Il frappa le sol, rempli de frustration. Pour la première fois depuis qu’il avait rejoint Another, Akeru se mit à pleurer, des larmes chaudes ruisselaient le long de ses joues, atterrissant sur le visage serein de Cross. Un des seuls amis d’Akeru venait de s’envoler, disparu à jamais. Il se demanda pourquoi est-ce que tout cela lui arrivait ! Il ne pouvait s’empêcher de se blâmer pour toutes ses morts ; À quoi bon avoir des pouvoirs incroyables s’il ne pouvaient pas sauver les gens. Puis, comme un déclic, il comprit une chose terrible :

    Ce genre de pouvoirs ne servaient pas à aider les gens,

     ils servaient à détruire toutes ses crapules qui pullulent sur Terre. “Ainsi-soit-il” pensa l’agent. La justice d’Another est une réponse à l’état actuel du monde, c’est une éradication pure et dure du crime.



    Il laissa s’échapper un cri étouffé mêlé à la fois d’une profonde tristesse mais aussi d’une colère incontrôlable. La pièce entière se mit à trembler. Il ressentit comme un regain soudain d’énergie, avec la colère et l’affliction comme carburant. Ses pupilles se mirent à briller une fois de plus, à l’exception que cette fois elles ne s'éteignirent pas, elles restèrent emplies de cette lueur froide. Des cercles apparurent sur le dos de ses mains , visibles même à travers ses gantelets de combat, puis se poursuivaient en des lignes de la même couleur qui  s’arrêtaient aux épaules. La tristesse avait subitement été remplacé par une haine profonde. Il retira son uniforme déchiré, entoura le corps de son défunt compagnon, le laissant avec son vieux costume, lacéré par les coups de poignards et l’explosion . Libéré du poids du vêtement, et rassuré par le fait que ce vêtement ignifuge protégerait au moins le corps de l’enquêteur, il fit tourner son épaule afin d’étirer ses muscles. Il se leva soudainement, et se dirigea sans plus tarder là où était parti 727. Il se mit à courir au bout de quelques mètres, filant à grande vitesse à travers le grand couloir. Il distinguait les gouttes de sang provenant des blessures de 727 sur le sol. Après quelques minute, il le vit enfin. Il se jeta violemment sur lui. Conscient du danger qui planait sur lui, l’homme se retourna et protégea sa tête de l’assaut, une pointe de surprise dans le regard. Le coup de poing qu'il venait de bloquer était bien plus puissant Qu’aucun des coups que le jeune agent n’avait jamais asséné. Il n’était pas là pour rendre justice comme auparavant. Ce coup particulier était rempli avec l’intention de tuer, purement et simplement. Dans un craquement, une onde de choc suivit le coup et 727 fut projeté dans le mur et le traversa violemment. Il leva les yeux et vit deux lanternes bleus avancer dangereusement sur lui.  

     

    • - La justice d’Another est inflexible, elle sévit sur chaque personne s’étant égaré du droit chemin,  fit Akeru en s’arrêtant.

    Son regard avait changé, le doute y avait disparu.

     

        -  Intéressant , dit le mercenaire en se relevant, tu viens assouvir ta vengeance, le toutou d’Another?

    -  Non.

    Cette réponse, il ne l’aurait pas donné auparavant, bien sûr qu’il aurait voulu se venger, mais ce n’est pas ce que voudrait son ami.

    Il se mit en position, cette fois déterminé à en finir.

    Je viens faire ce pourquoi j’ai été engagé.  Je vais accomplir ma mission, et ma mission, c’est de m’occuper des ordures comme toi !

     

    Il  serra les poings et se jeta sur celui qu’il considérait désormais comme son ennemi juré.

     

    Au même moment, sur un bateau qui s’approchait lentement de la côté, un homme se tenait sur le pont avec un appareil qui ressemblait fortement à un téléphone portable. Sur l’écran, on pouvait lire “Appel d’urgence en provenance du QG du K. H. S à Chubu. ID de l’appel :K-11121-I. À toutes les unités dans le périmètre, rendez-vous au lieu indiqué.”

     

    L’homme soupira, puis rangea son appareil. Il mit la main sur son haut-de forme, la lumière du soleil éclairait son gant d’un blanc immaculé. Ses yeux, jusqu’alors d’un noir de jais, furent parcouru brièvement d’une lueur verte, il ouvrit la bouche, comme s’il parlait mentalement avec son interlocuteur.

    • - Faites que je n’arrive pas trop tard.”



    À suivre… Dans Project : ANOTHER


  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Mars à 13:58
    Quelle chance j'ai de pouvoir lire un autre chapitre d'Another !
    Je sais que je n'arrête pas de le dire, et je pense que je le dirais jusqu'au bout, mais tu as tellement évolué dans ta façon d'écrire ! Je trouve même que tu as passe un nouveau cap ! C'est plus posé, ob voit bien les sentiments et pensées d'Akeru ainsi que tout ce qu'il ressent physiquement.
    Le suspens est bien fait aussi. Je ne sais pas si je te l'ai déjà dis, mais je m'imagine tellement bien cette histoire en anime !!
    Juste, j'ai un petit problème avec la relation d'Akeru et Jack. Si ce chapitre était juste un texte sans ''passé'', j'aurais pu croire à une relation d'ami proche, tu le fais très bien ressortir dans ce chapitre. Mais avec ce que j'ai déjà lu d'Another, je n'avais jamais ressentit le fait qu'Akeru et Jack étaient si proches, du coup, la réaction d'Akeru me semble démesurée, tu vois ?
    Comme d'hab', j'attends de voir la suite ;) De voir Kobashi, Hoshiko, Aria, tout le monde réunit ;)
    J'ai kiffe lire ce chapitre :)
      • Dimanche 4 Mars à 14:09

        Alors en fait (déjà merci d'avoir commenté si vite après la publication !) c'est plus "compliqué" que ça. Ils ne se connaissaient pas tant que ça avant le début de ce chapitre, mais ce qui est important ici, c'est la vitesse à laquelle ils sont devenus proches (les péripéties de ce chapitre) Et au moment où Akeru pensait avoir vraiment trouvé un ami, il se fait emporter par les évènements. C'est une frustration énorme pour notre Akeru (qui en plus doit supporter la pression morale et physique d'être un assassin, on ne se le cache plus, et du fait qu'un grand nombre de personnes sont mortes dans cet incident) voit ses idéaux de justice, couplé à la mort d'une personne avec qui il commençait à devenir bon ami brisés en un instant. C'est pour ça que je pense que la réaction d'Akeru est justifiable dans ce chapitre.

        voilà voilà

      • Dimanche 4 Mars à 14:27
        En vrai, dès que j'ai eu la notification, j'ai tout arrêté et je suis tout de suite venu le lire ;) Et je regrette pas ;)
        Je vois ce que tu veux dire, mais même si c'est très bien écrit, je pense qu'on a besoin de plus de temps pour vraiment le ressentir (un ou deux chapitre de plus, peut être ?)
        Oui, notre Akeru devient un héros torturé (comme je les aime ;)) Et je pense que seule Hoshiko peut le sauver...
      • Dimanche 4 Mars à 14:31

        Je te donne la médaille d'or de la fidélité Gaellah XD

        Je vois, j'avais hésité aussi, mais maintenant que c'est fait, c'est fait

        Voui :3

      • Dimanche 4 Mars à 14:43
        Merci ! Mais ce n'était pas une question de fidélité, c'était super égoiste comme action : je voulais juste lire un texte qui me ferait kiffer ;)

        Ooh, donc j'ai visé juste ? Ce sera vraiment Hoshiko à la fin ??
      • Lundi 5 Mars à 16:12

        Ben euh, de toute façon, on va les revoir ensembles à un moment ou à un autre, non ? ^^

      • Lundi 5 Mars à 20:42
        Y a intérêt !
        (C'est drôle, tu me pose la question, on dirait que t'es pas sur... )
      • Lundi 5 Mars à 22:51

        XD

    2
    Dimanche 4 Mars à 23:17

    La tristesse du F5 quand t'as fini d’écrire ton paragraphe...
    "T'as entendu Meus' L’Enquêteur ?! T'as vu les sages-vi de ceux qui ont fait ça ou j'te tepè la gle ?! " Haha, pardon mais j'ai tellement vu cette scène avec le Akeru du ghetto x).

    J'ai eu un peu de mal a me remettre dedans au début, j'avais un peu l'impression de lire une pièce de théâtre (*rire), mais a partir du "D'ailleurs un filet argente coulait de la bouche du gardien [...] il se demanda pourquoi il avait un désagréable sentiment de déjà vu...", j'ai eu le même bloodtwist qu'Akeru et j'ai plus vu défiles les lignes +A+)_|

    "Woaw ! J'en veux plus !" que dire de plus ? Un grand bravo pour ce nouveau chapitre d'exception ! 

    ( Enfin, petit clin d’œil a notre antagoniste 727. Pour ceux qui ne l'ont peut être pas remarque ou qui ne suivent pas depuis le debut cette oeuvre, l'atypique "secret prisoner" nous est tout droit venu d'un des premiers concours d'Another (le même que celui dont nous viens Aria d'ailleurs) ! )

    3
    Mardi 6 Mars à 22:21

    Putain... tentative de réécriture 143... action.

    Alors alors... que dire. Naturellement, je suis content de voir enfin **mon** personnage apparaître. *tousse* J'étais vraiment très fier lorsque je l'ai imaginé alors c'est beaucoup plus incroyable pour moi que ce que vous ne le pensez de le voir enfin en action.

    Tout d'abord je tiens à dire que ce chapitre d'Another est MON chapitre préféré dans toute ton oeuvre littéraire jusqu'à présent. Je suis fier et en même temps jaloux de voir à quel point tu as proggressé depuis tes "débuts". Tu as enfin trouvé un style et tu t'es affirmé dans ta tournure d'écriture, ça se ressent vraiment. Non sérieux, j'ai eu des frissons quand j'ai lu. Alors quand je dis "préféré" ça ne veut pas vraiment dire "bien" car superlatif n'est pas synonyme de qualitatif pour moi. Mais cette fois dans ce cas particulier, j'aime ce chapitre. Je l'adore

    Je sais pas si ça me fait ça parce que j'ai eu l'occasion d'écrire avec toi mais le Rob qui écrit Another, c'est plus vraimemt celui que je connaissais dans l'ancien Ravi e Turoru. Alors je ne sais pas si tu avais de l'expérience avant de lancer le projet de la Matrice ou Ravi e Turoru mais je pense t'avoir suivi dans les moments où tu n'avais pas encore confiance en toi ou aux moments où j'ai dû abuser de conseils/reproches. Dans Another tu as enfin accompli ce que je voulais que tu fasses depuis qu'on s'est rencontré. Tu t'es trouvé. Enfin, c'est mon ressenti.

    Je pense de plus en plus sérieusement que la carrière d'auteur t'irait bien et que tu as dépassé le simple niveau d'amateur essayiste.

    Maintenant, c'est un peu plus personnel mais puisqu'on se fréquente beaucoup moins qu'avant j'ai l'impression que tu as beaucoup gagné en maturité. On dit souvent que l'écriture a des vertus introspectives mais elles ont l'air d'être redoublées sur toi. Honnêtement je ne sais pas si mon estime le prend bien ou mal mais enfin voilà. Peut-être que je me fais complètement des idées mais au fond je pense que ça ne peut qu'être bien pour toi.

    Ça fait longtemps que je suis pas passé donc j'ai seulement lu les deux derniers chapitres d'Another sur les conseils de notre ami Arma (merci à toi) mais je compte bien jeter un coup d’œil au reste.

    Peace !

    PS : Je pense que c'est un détail mais je crois avoir précisé a la fin de ma description que l'arme de 727 ressemblait plus a une épée dans ma tête, m'enfin c'est pas très grave ^^

      • Mercredi 7 Mars à 17:05

        Content que ça te plaise vieux, après j'imagine qu'en partie cette progression n'aurait pas été possible si on ne m'avait pas poussé (même si c'était laborieux à certains moments).
        En tout cas, je suis heureux d'avoir pu commencer à faire ReT car c'est ce qui m'a permis de me lancer dans l'écriture de ma propre histoire, ça m'a permis de ré-intéresser à l'écriture en général.
        On vieillit qu'est-ce que tu veux, je peux pas rester le même 3-4 ans plus tard haha ^^, j'ai pu enfin trouver un style narratif qui me suis propre, après plus de 19 chapitre d'Another, 60 de ReT et 5 de Knights, je prends de plus en plus de plaisir à écrire, d'ailleurs quasiment tous les jours j'ouvre google docs pour écrire une partie ou un document en rapport avec mes écrits)

         

        Ah et concernant 727, puisqu'il vient d'intégrer officiellement la "cast" d'Another,  je me tête encore dans la façon de l'écrire, même si j'ai en gros cerné le type qu'il est. Euh et pour l'épée, pas de problèmes, prochain chapitre, on aura plus de précision, car on aura un combat plus en détail, ça se fera no problemo

      • Jeudi 8 Mars à 02:12

        En vrai sinon, concernant le personnage, oui tu l'as bien cerné. Rien à redire sur le coup, je suis satisfait. Bonne continuation pour le prochain chapitre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :