• Zankoku desu ne / Cruel, n'est-ce pas ?

    N'est-ce pas cruel comme destinée ? Tu as beau être le plus puissant, posséder le pouvoir de changer les choses, et pourtant la plus grande puissance vient souvent avec le plus grand des malheurs. Tu a toujours été, tu es toujours et tu seras à jamais seul... à quoi bon pouvoir remonter les pendules, tout recommencer depuis zéro, si c'est pour revivre la même peine ? Tu ne peux pas aimer, mais pourtant tu essayes... es-tu idiot ? Je sais que tu penses pouvoir améliorer ta situation en persévérant, mais je sais aussi que cela se terminera de la même façon. Regarder les autres s'amuser, rire, passer de bons moments, alors que tu toi restes assis sur ton banc à observer d'un œil vitreux leurs effusions de joie. Triste destin, non ? Tu préfères alors user de ton talent pour aider les autres sans pouvoir t'aider toi, gaspiller ton temps à effacer les erreurs du passé  de ceux qui t'entoure. Quel est ce sentiment qui te pousses à agir, qui te permet de lever les yeux, de faire face à  l'adversité ? Cela m'échappe... Si ce n'était que le hasard, mais non, puisque tu t'obstines à le faire et le refaire. Le temps a beau se réinitialiser, ma mémoire reste intact...Ton état empire à chaque fois, tu crois qu'en soulageant les peines des gens tu arriveras à soulager la tienne ? C'est bien là la preuve que tu es égoïste. Tu finiras par sombrer... et ce jour là...Je serais là pour t'accueillir encore une fois...Dans mes bras...


  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Avril 2016 à 18:02

    J'ai lu deux fois le texte parce que je comprenais pas. Et en fait, je comprend toujours pas. Qui parle à qui ? Si ça se trouve, ce ne sont pas des personnes définis et peut être que je ne veux pas vraiment savoir non plus. Mais ça m'intrigue. Je veux dire, j'imagine bien une personne qui aide tout le monde pour oublier son malheur, penser que ça serait mieux pour elle si elle faisait comme ça. Et puis, pourquoi c'est égoïste ? Elle est juste égoïste pour elle-même parce qu'elle ne s'occuper pas d'elle (quand je dis elle, c'est pour la personne). Et puis à la fin, qui va la prendre dans ses bras ? La mort ? Je ne pense pas. Ce serait plutôt la dépression, ou un truc comme ça, non ? 

    Bref, qui parle à qui ?

    2
    Lundi 11 Avril 2016 à 18:09
    L'observateur (la personne qui parle) est une personne qui a le pouvoir de la mort, et donc de la renaissance, il parle à une autre personne. "L'acteur" qui est la personne de qui on parle, a le pouvoir de faire remonter le temps et de changer les choses, mais ne peux connaître l'amour ou l'amitié. Malgré tout il se sert du fait qu'il puisses reset le temps pour aider les autres puisque que même si il le fait pour lui, il sera toujours seul. Il sacrifie donc sa santé pour utiliser son pouvoir faire le bien autour de lui, et quand il est au bout de sa vie, il se tourne vers la seule personne qui ne l'oublie pas : l'observateur
    3
    Lundi 11 Avril 2016 à 18:14

    D'accord ! En fait, je pense que c'est une idée bien plus approfondie que ce que je pensais. Je me dit que c'est dommage qu'on ne le comprenne pas du premier, mais en même temps, ça rajoute un petit côté mystérieux au texte...

    Mais c'est vraiment une bonne idée, une fois que c'est expliquer ! ;)

    Rob, je peux te demander un service ? Tu peux me raconter un truc ? Même si c'est tout con, tout bête, faut juste que ce soit un bon gros pavé sur lequel je pourrais me défouler. Je suis crevée et il me faut ça... --'

    4
    Lundi 11 Avril 2016 à 19:45

    Ben je sais pas trop, j'ai pas forcément le temps d'écrire un pavé, du coup.

    5
    Lundi 11 Avril 2016 à 19:52

    Pas obligatoirement une histoire, juste un truc que t'as vu aujourd'hui, le dernier truc qui t'as interpelé ou vraiment fait réfléchir... Bref, n'importe quoi... Juste que ce soit long.

    6
    Lundi 11 Avril 2016 à 20:24

    Bah aujourd'hui en regardant devant moi, je me rends compte qu'une fois que notre regard s'est posé sur une personne, qu'on a pas l'habitude de voir, après on la voit tout le temps et on se rend compte qu'elle existe. C'est la conscience qui fait ça, c'est un sujet intéressant mais controversé, genre qu'il faut considérer les autres comme égal à soi. En plus je remarque souvent qu'on agit par rapport aux regards des autres, ce qui veut dire qu'on existerait vraiment que si quelqu'un pense à nous et qu'on pense au moins à une personne. Si tu vois où je veux en venir, je me pose la question, si on a une existence réelle autre que par les autres. 

      • Lundi 11 Avril 2016 à 20:26

        J'aurai aimé faire plus long mais bon

         

    7
    Lundi 11 Avril 2016 à 21:49
    Oh, j'ai fais ça en philo : est-ce qu'à objet existe si personne ne l'a encore jamais vu ? Moi j'ai dis que nan en prenant l'exemple des extraterrestres : tant qu'on ne les aura pas découvert, il n'existeront pas. Mais ça ne veut pas dire qu'ils n'avaient pas d'existance avant qu'on ne les découvre. Ma prof de philo disait qu'ils existaient qu'on les ait découvert ou non. Je suis d'accord avec elle, s'ils existent. Mais comment être sur qu'ils existent tant qu'on ne les a pas encore vu ?

    Quand tu dis qu'on voit cette personne de partout, cela signifie que c'est une personne qui se trouve dans ton entourage et non un inconnu. Ça ressemble au phénomène de Baader Meinhof : quand on rencontre un nouveau concept, on le voit de partout après (ca m'arrive tout le temps).
    Je vois pas pourquoi on ne considérerait pas les gens comme notre égal quand on vient de les rencontrer…
    L'être humain est quelqu'un de sociable. En fait, dans un sens, on ne peut pas vraiment vivre si a un moment donner, on a pas d'interaction avec les autres. Donc dans un sens, non, on peut pas vraiment dire qu'on puisse vivre sans les autres…
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :